Faire un don

Tomatis

Un lien unissant la voix, le cerveau et l’oreille

Alfred Angelo Tomatis, médecin ORL et chercheur français (1920-2001) a cherché à découvrir comment l’être humain se développe, à travers l’oreille, de la vie in utero à son entrée dans le monde, et comment le sens de l’ouïe forme le moteur structurel du cerveau durant les 9 mois de gestation puis continue de jouer ce rôle tout au long de sa vie. Ses travaux sur les liens étroits qui unissent la voix, le cerveau et l’oreille ont eu un impact important pour comprendre comment l’individu communique avec lui-même et les autres. Il a  défini un programme de stimulation neurosensorielle qui permet au cerveau de mieux traiter l’information sensorielle sonore.

Pionnier dans le domaine des sciences cognitives, et longtemps incompris de ses pairs, son travail est redécouvert à lumière des récentes recherches sur la plasticité cérébrale.

Une vie de chercheur

Après la seconde guerre mondiale, médecin consultant aux Arsenaux de l’aéronautique pour vérifier l’audition d’ouvriers soumis quotidiennement à des bruits de moteurs d’avions et atteints de surdité professionnelle, il observe que les altérations de leurs oreilles s’accompagnent systématiquement d’une déficience vocale. Egalement médecin de chanteurs lyriques, il constate que, comme les ouvriers, les chanteurs ont endommagé leurs voix en endommageant leur audition.

En 1957, il présente les fondements de sa Méthode à l’Académie des Sciences de Paris, aujourd’hui connus sous le nom des « Lois Tomatis». Ces lois établissent que :

  • La voix ne contient que ce que l’oreille entend, la voix reproduit uniquement les harmoniques que l’oreille peut entendre,
  • Si l’écoute est modifiée, la voix l’est aussi de manière immédiate et inconsciente,
  • Il est possible de transformer la voix de manière permanente grâce à une stimulation sonore maintenue durant un certain temps (loi de la rémanence).

Alfred Tomatis observe une différence fondamentale entre l’audition et l’écoute: l’audition ne désigne que la réception passive du son. L’écoute, elle, consiste à sélectionner l’information sensorielle pour en faire du sens. Il met au point un appareil capable de rééduquer l’écoute grâce à un système de bascule électronique du son : c’est l’Oreille électronique qu’il présente en 1958 à l’Exposition Universelle de Bruxelles. Elle reçoit la médaille d’or de la recherche scientifique. Il collabore ensuite avec plusieurs universités, que ce soit en Afrique du Sud ou au Canada, et observe que l’oreille joue un rôle important dans la posture et l’équilibre ainsi que la tonicité musculaire. Il émet des hypothèses sur la latéralité auditive et l’existence d’une oreille dominante. Enfin, Il est l’un des premiers à pointer que le fœtus entend la voix de sa mère dès la dix-huitième semaine de grossesse et que l’oreille joue un rôle majeur dans son développement cognitif. Il établit alors que l’écoute intra-utérine est déterminante pour le développement affectif et émotionnel. Les interactions qu’il découvre entre l’oto-rhino-laryngologie et la psychologie le mènent à créer une nouvelle discipline : l’audio-psycho-phonologie.

Ces recherches le poussent à établir un lien entre le son et l’attention, l’apprentissage, la voix et le langage, le contrôle des émotions, la coordination et la motricité, les troubles du spectre autistique…

Il publia de nombreux ouvrages pour faire comprendre son travail au grand public : L’oreille et le langage (1963, L’Oreille et la vie (1977), L’Oreille et la voix (1987), Les Troubles scolaires (1988), Neuf mois au Paradis (1989), Pourquoi Mozart ?(1991)…  Cela lui vaut la critique de certains de ses confrères qui n’apprécient pas cette démarche tout comme sa difficulté ) démontrer ses intuitions à une époque où la compréhension du cerveau en était à ses prémices.

Stimulation cérébrale par le son

Puisque toute modification auditive apporte un changement manifeste dans le mode d’élocution d’une personne, il est possible de transformer la phonation par une stimulation auditive entretenue en rééduquant les récepteurs de l’oreille. Grâce à des changements de fréquence, le son filtré par un appareil et transmis par un casque à conduction aérienne et osseuses, permet à l’oreille et surtout au cerveau, d’enrichir son spectre fréquentiel. Les filtres vont mettre l’oreille alternativement « au repos », puis, « en activité » afin de stimuler la fonction d’écoute. Un programme personnalisé inclut de la musique de Mozart très riche en sons harmoniques et des chants grégoriens.

Comment cela se passe-t-il ?

(source https://www.tomatis.com/fr/technologie)

Quand l’écoute est perturbée, le cerveau n’est plus attentif aux sons que l’oreille lui transmet. Il ne parvient pas à les analyser correctement alors même qu’il les entend bien. Il est donc nécessaire de rétablir cette écoute en aidant le cerveau à être plus attentif au message sensoriel. Or, le cerveau est particulièrement sensible à tout changement soudain qu’il ne parvient pas à anticiper. Par exemple, si le chien du voisin aboie pour la centième fois, il est peu probable que vous y prêtiez une attention particulière tant vous y êtes habitué. Mais s’il se met à miauler soudainement, l’effet de surprise va déclencher automatiquement une attention particulière ! Ce changement inattendu a pour effet de mettre votre cerveau à l’écoute.

De la même façon, au cours des sessions d’écoute, la musique change soudainement de tonalité, de timbre et d’intensité, tout en maintenant fidèlement le rythme et la mélodie. Ces changements sont pratiquement imprévisibles pour votre cerveau et créent donc un effet de surprise. Le cerveau va peu à peu tenter de décrypter ces effets de changement. Il va développer des mécanismes de détection du changement qui sont très importants pour maintenir son attention.

Les conséquences sont bien sûr auditives mais bien plus largement concernent l’équilibre, le tonus, la concentration, etc.), les liens avec le psychisme sont étroits (pour aller plus loin https://www.atlantis-vzw.com/basics-de-lapp.html). Il est aujourd’hui reconnu que la méthode Tomatis est une aide complémentaire dans la prise en charge des troubles du comportement, des émotions, du langage et de la voix.

Les effets des sons filtrés:

  • 16 – 1000 HZ Endorment le psychisme stimulent la motricité
  • 1000 – 3000 Hz Stimulent la sphère du langage
  • 3000 – 8000 Hz Donnent de l’énergie, de la vitalité. Font prendre des positions foetales,
  • Tendances régressives> au-delà de 8000 HZ Affections, Rêves, Dessins symboliques de l’utérus

Où s’adresser ?

Références scientifiques et publications

https://www.tomatis.com/fr/recherches-et-publications

https://www.atlantis-vzw.com/audio-psycho-phonologie-125/nouveaux-livres.html