Comprendre la rééducation neuromotrice de Michel Le Métayer

1/ Une vie dévouée aux enfants touchés par la paralysie cérébrale

Au début de sa carrière de jeune masseur-kinésithérapeute en 1954, Michel Le Métayer fit la rencontre du Professeur Guy Tardieu qui bouleversa sa carrière et avec qui il travailla sur de nombreux projets. Sous son impulsion, Michel Le Métayer développa l’évaluation neuro-motrice du jeune enfant, avec la définition des Niveaux d’Evaluation Motrice. Cette nouvelle approche revisitera complètement la rééducation de l’enfant infirme moteur cérébral (aujourd’hui renommée Paralysie cérébrale) et ouvrira des perspectives de progrès considérables. Ce clinicien chercheur a laissé un héritage précieux aux milliers de rééducateurs qu’il aura formés en France mais aussi à l’étranger.

Michel Le Métayer fut à l’origine de la création il y a quarante ans, en 1978, de l’APETREIMC, une des deux associations fondatrices d’ENVOLUDIA. Son histoire est un peu notre histoire. Celle de l’invention d’un concept, « l’éducation thérapeutique ». Celle de cette belle aventure commencée dans l’appartement familial où quelques enfants pouvaient bénéficier d’une prise en charge précoce, un appartement où l’exiguïté des locaux permettait la rencontre de l’ensemble des professionnels autour de l’enfant (Kinésithérapeutes, Éducatrice, Orthophoniste) mais aussi la proximité des familles.

C’est dans la continuité de cette expérience novatrice, qu’avec quelques parents d’enfants IMC, il créa en 1983 la halte-garderie des Trotte-Lapins à Paris, qui accueille toujours aujourd’hui 30% d’enfants en situation de handicap moteur. Viendront ensuite deux autres haltes-garderies, RamDam en 1995 puis le Chalet en 2000 qui poursuivront ce modèle atypique d’un lieu de socialisation adossé à un cabinet thérapeutique de rééducation.

En effet, l’objectif de Michel Le Métayer c’est l’accompagnement de l’enfant touché par le handicap et de sa famille tout au long de ses premières années, si cruciales pour le développement neuromoteur du jeune enfant. Envoludia, au travers de ses 6 lieux d’accueil du jeune enfant, Trotte-Lapins, RamDam, Le Chalet, HoulaBaloo, Les Bambini et Méli-Mélo, poursuit cet accompagnement mêlant la rééducation au jeu et aux activités d’éveil. Les équipes pluridisciplinaires permettent aux enfants de grandir parmi et avec les autres et facilitent l’acquisition de stratégies de compensation par les enfants en situation de handicap neuromoteur.

Aujourd’hui encore, l’éducation thérapeutique portée par Michel Le Métayer permet aux enfants avec paralysie cérébrale de déployer leurs compétences et pour nombre d’entre eux d’accéder à la scolarisation.
Longtemps après, dans un diaporama retraçant la vie de l’association, il écrivait : « les difficultés multiples rencontrées ensemble puis surmontées, les efforts et les rires partagés génèrent un puissant courant de solidarité et d’amitié qui soude les familles ».

ENVOLUDIA, avec toutes les familles qui ont, pour un jour ou pour des années, participé à ce projet, exprime toute sa reconnaissance pour son engagement auprès des enfants IMC/PC et de leurs familles comme auprès des professionnels.

2 / L’approche thérapeutique Le Métayer

2.1 Six points fondamentaux qui ont changé en profondeur les pratiques auprès des enfants :

Présentation par M. Philippe Toullet – Institut de Motricité Cérébrale à télécharger ici

Son approche peut se résumer à travers les 6 points suivants :

  • Une connaissance approfondie du développement moteur fonctionnel du jeune enfant,
  • Une évaluation clinique qualitative et quantitative précise des troubles moteurs et bucco faciaux
  • Une prévention des troubles orthopédiques  par une proposition d’outils d’évaluation clinique et de réponses thérapeutiques ajustées
  • Une éducation motrice et thérapeutique précoce
  • Des séances d’éducation motrice ludiques et répétées
  • Une collaboration parents professionnels pour une inclusion scolaire et sociale précoce.

2.2 Plus concrètement :

Dans les années 1950, le professeur Tardieu, à Bicêtre, avait montré que la prise en charge précoce d’enfants IMC rendait possible des progrès et un développement des capacités intellectuelles permettant une scolarisation auparavant considérée comme impensable. Selon M.Tardieu, l’infirmité motrice cérébrale (IMC) est liée à des lésions du cerveau survenant dans la période anténatale ou périnatale (de la conception à deux ans). Elle est la cause de handicaps moteurs se caractérisant à des degrés divers par des troubles de la posture et du mouvement. Les lésions cérébrales à l’origine du handicap sont stabilisées et ne provoquent pas d’altérations des facultés intellectuelles ce qui rend possible une scolarisation de ces enfants. Cette définition permettait  une différenciation à l’époque avec les enfants ayant un retard mental associé à des troubles moteurs d’origine cérébrale (IMOC) qui, eux, sont considérés comme non scolarisables.

Michel Le Métayer, kinésithérapeute, sous l’impulsion du professeur Tardieu, développa une méthode d’évaluation neuromotrice du jeune enfant en fonction de NEM (niveaux d’évaluation motrice) dont il proposa une définition. A partir de cette méthode, fut conçue une nouvelle approche de rééducation pour des enfants pour lesquels, auparavant, un diagnostic pessimiste était posé.

Pour Michel Le Métayer, l’efficacité de la rééducation d’un enfant IMC est accrue lorsque, tenant compte des difficultés spécifiques de l’enfant IMC, celle-ci est intégrée dans les activités naturelles du jeune enfant, le jeu et les activités d’éveil, tout en respectant le plus possible son propre rythme. Le Métayer nommera cette nouvelle approche « l’éducation thérapeutique. » Celle-ci sera présentée dans des publications et dans des livres*.

En 1959, Michel Le Métayer fonda le CDI (Cercle de Documentation et d’Information pour la rééducation des infirmes moteurs cérébraux) qui avait pour objectifs de développer l’éducation thérapeutique et de proposer des méthodes et des techniques de rééducation ainsi que de promouvoir et diffuser auprès des professionnels (médecins et thérapeutes divers) les connaissances relatives à la rééducation des personnes IMC.

L’application sur le terrain avec les haltes-garderies :

C’est sur la base d’un certain nombre de principes en rapport avec l’éducation thérapeutique que furent créées les garderies avec l’ambition de :

• réunir dans un même lieu un service d’accompagnement éducatif (une halte-garderie) et un cabinet de thérapeutes (avec la présence sur place de kinésithérapeutes, ergothérapeutes, orthophonistes, psychomotriciennes) ;
• offrir aux enfants en situation de handicap (surtout des enfants IMC) un nombre de places conséquent pour créer un processus d’intégration de ces enfants ;
• favoriser les échanges pluri-professionnels pour adapter l’accompagnement des enfants au plus près de leurs besoins et de leurs rythmes ;
• favoriser la formation des professionnels aux spécificités de l’accompagnement éducatif des enfants IMC.

Pour aller plus loin : https://www.institutmc.org/education-therapeutique