Les enfants touchés par la paralysie cérébrale présentent fréquemment des difficultés de communication et/ou du langage. Pour améliorer leur compréhension du monde et leur permettre de s’exprimer, les outils de communication alternative et augmentative (CAA) sont précieux.

Qu’est-ce la communication alternative et augmentée (CAA) ?

(source Envoludia, Isaac France et Hoptoys)

Communication alternative dan sles crèches envoludia

Communication alternative tous ensemble à la garderie du Chalet

La CAA offre un moyen de communication qui permet de remplacer le langage oral lorsqu’il est absent. Il en est de même pour la communication augmentée qui est utilisée lorsque le langage oral est présent mais pas suffisamment construit pour être totalement efficace dans la communication.

Quels sont les différents types de CAA ?

La CAA, basée sur le Makaton utilise trois formes de communication : par la parole, par les signes et par les pictogrammes. Elle ne remplace pas le langage verbal mais a pour but de faciliter sa mise en place.

la communication alternative des images pour comprendre source Isaac France

CAA : des images pour comprendre (source : Isaac France)

Le plus courant est l’utilisation des pictogrammes (ou images) comme moyen de communication aussi appelé « communication par échanges d´images » – méthode PECS. Les images peuvent être choisies en fonction du niveau de symbolisme de la personne. Souvent, un classeur avec intercalaires est utilisé afin de ranger les images par catégories sémantiques. L’objectif de cette méthode est de pouvoir adresser une demande à un interlocuteur en choisissant une image et en la lui donnant sur une bande phrase.

 

La méthode du MAKATON utilise quand à elle à la fois les signes et les pictogrammes. Le principe est d’associer un signe à un mot. Les signes ne sont pas utilisés comme dans la langue des signes françaises (LSF) même s’ils y ressemblent pour beaucoup. L’objectif premier est d’oraliser, ainsi, les signes accompagnent systématiquement la parole : ce n’est pas une langue à part entière, on signe les mots « importants » de la phrase afin de soutenir le langage oral. Par exemple, chaque fois que nous prononçons le mot « encore », nous le signons. Pour que les enfants puissent progressivement maîtriser le Makaton, il est nécessaire qu’ils soient plongés, par des adultes faisant office de modèles, dans un bain de langage avec des signes.

Dans les établissements d’Envoludia, en utilisant les signes automatiquement quand nous parlons, chantons, pendant les activités, les soins, tous les enfants peuvent apprendre à communiquer en utilisant le Makaton. Différemment selon chacun : chacun selon son potentiel et ses difficultés.

Communication alternative dans les crèches envoludia enfants handicapés

Un conte en pictogrammes – garderie du Chalet

Le Makaton utilise aussi les pictogrammes. Le principe est d’associer un pictogramme à un mot : les pictogrammes sont des représentations graphiques (images, photos, dessins) exprimant des mots ou des idées. Les enfants et les adultes peuvent les utiliser pour montrer quelque chose d’absent, quelque chose à quoi ils pensent, qu’ils proposent, qu’ils désirent, qu’ils choisissent. Les pictogrammes sont simples et concrets et permettent, en les manipulant, de former des mots-phrases simples. La différence avec le PECS est qu’ici les pictogrammes sont très symboliques d’une part et permettent de représenter chaque élément grammatical de la phrase d’autre part.

Enfin, il existe plusieurs applications de synthèse vocale qui peuvent également être utilisées comme CAA. Ces applications permettent aux personnes de sélectionner une image et/ou plusieurs images afin de constituer une phrase : le logiciel produit la phrase oralement.

A qui s’adresse la CAA ?

Plus couramment les CAA sont utilisées avec les personnes ayant un trouble du spectre de l’autisme (TSA). Cette aide précieuse au quotidien s’adresse aux patients ayant un trouble spécifique du langage oral (dysphasie), aux personnes ayant un trouble du spectre autistique ou encore ayant une pathologique qui  altère le langage oral (syndrome épileptique, syndrome génétique, accident vasculaire cérébrale, tumeur cérébral, traumatisme crânien …).

La CAA et le travail de l’orthophoniste

Ces méthodes, bien qu’elle soit de plus en plus connues pour leur efficacité chez certains patients ne sont pas innées. Ainsi, l’orthophoniste a pour rôle, dans un premier temps, de les faire connaître à ses patients ou aux familles et de les introduire.

Dans le cas de l’utilisation du PECS par exemple, l’orthophoniste commence par introduire les premiers échanges par images avec son patient, une fois que le principe est compris il sera nécessaire de construire un classeur de communication et de le transmettre à la famille. En fonction des pathologies la compréhension du principe de communication peut être plus ou moins longue. L’objectif, quelle que soit la méthode utilisée, est de pouvoir obtenir une CAA efficace.

Par ailleurs il est indispensable que la méthode utilisée en prise en charge orthophonique soit maîtrisée par tous les intervenants. Ainsi l’orthophoniste accompagnera les parents ou la famille afin que la méthode soit transmise à la maison. La famille pourra ainsi faire le lien avec l’école, les instituts, éducateurs ou autres professionnels présents au quotidien autour du patient.

Une démarche généralisée dans tous les établissements Petite enfance d’Envoludia

La spécificité des établissements de la petite enfance d’ENVOLUDIA est d’accueillir, parmi des enfants du quartier, des enfants en situation de handicap (psycho)moteur, et principalement touchés par la paralysie cérébrale. Pour un certain nombre d’enfants en situation de handicap, le langage met (beaucoup) plus de temps à se développer, et risque de ne jamais se mettre en place de façon optimale. Il est donc important de porter une attention particulière à la communication, et de proposer des outils pour soutenir le développement du langage.
C’est ainsi que la Communication Alternative Augmentée (CAA), auprès de tous les enfants, qu’ils soient porteurs de handicap ou non. Avec pour tous le même objectif : soutenir la communication.

communication alternative et augmentée

Raconter un conte – communication alternative à la garderie du Chalet

L’originalité de notre projet consiste à déployer toute la journée, dans toute la halte, parmi tous les professionnels et parmi tous les enfants, les outils d’aide à la communication. Car pour être efficace, la communication ne peut se limiter au cabinet d’orthophonie, elle doit se prolonger à la crèche puis à la maison.
L’orthophoniste forme spécifiquement parents et équipe : communication gestuelle, supports (pictogrammes, photos, Tableau de Langage Assisté (TLA), PECS…), bande-phrases…. Histoires, chants, comptines sont ainsi traduits en langage alternatif. Les enfants sont dans un bain de langage, ce sont autant de ponts pour aller vers le langage simple !
Cette démarche, déployée initialement à la halte du Chalet, est élargie depuis 2018 avec succès dans toutes les haltes et crèches d’Envoludia : Trotte-Lapins, RamDam, HoulaBaloo, Les Bambini et Méli-Mélo.

Elle a été rendue possible par les dons et le mécénat, merci à nos donateurs, à la Fondation SNCF et à la Fondation Groupama pour les maladies rares.