LIVRE – Norman Doidge Les étonnants pouvoirs de transformation du cerveau

Qu’est-ce que la neuroplasticité ?

Terme récent, la neuroplasticité est la faculté du système nerveux à se réorganiser quand il subit un changement. Comment cela est-il possible ? D’où vient cette étonnante faculté ? Telle est la recherche de l’auteur, Norman Doidge, psychiatre canadien et scientifique reconnu, qui recense dans l’ouvrage Les étonnants pouvoirs de transformation du cerveau, les travaux et découvertes des neurosciences et de grands chercheurs depuis plus de trente ans et relate les progrès et guérisons obtenues chez leurs patients.

Espoirs

norman_doidge_ouvrageRiche d’espoirs, ce livre explique à travers des cas connus et moins connus comment le cerveau est capable de compenser par lui-même les déficiences et lésions subies, de se développer et de s’améliorer.

Livre dense, d’une grande richesse de travaux scientifiques, il est néanmoins écrit avec beaucoup de pédagogie dans un style accessible au grand public sans les travers du style spectaculaire de certains auteurs américains. L’auteur fournit ainsi de nombreux éléments de réflexion aux parents qui réfléchissent à la prise en charge de leur enfant et à son avenir et permet un plus grand discernement dans les choix à faire.

Norman Doidge norman_doidge

Norman Doidge est psychiatre, psychanalyste et chercheur à l’université Columbia à New-York où il enseigne. Il donne de nombreuses conférences au Canada d’où il est originaire, aux Etats-Unis et en France. Vous pouvez le suivre sur Facebook et sur son site http://www.normandoidge.com/. La somme des travaux en neurosciences et leur synthèse relatée dans son livre lui ont fourni des outils pour une prise en charge différente de ses propres patients notamment pour des comportements addictifs.

Qu’en retenir ?

Aude, maman,  témoigne après sa lecture de Norman Doidge :  » il me semble necessaire d´expliquer que la neuroplasticité va à l’encontre de la conception  traditionnelle que nous avons d’un cerveau immuable, figé, passées les premières années de vie. La neuroplasticité est tres libérante pour les parents par rapport à cette épée de Damocles « tout se joue avant… x ans ». Le point fondamental est que la neuroplasticité repose sur une conception integrée corps-esprit (et non pas la dichotomie occidentale entre le cerveau-chef et les fonctions executantes du corps). C’est à mon sens ce dernier point qui permet de comprendre comment des stimulations sensorielles (Tomatis) ou une approche par le mouvement (Feldenkrais), ou une alliance parole-rythme.mouvement (Padovan) peuvent aboutir à créer des connections neuronales nouvelles.
Il me semble essentiel aussi de dire que la neuroplasticité pour qu’elle puisse s’exercer suppose un environnement enrichi, d’un point de vue sensoriel, physique, émotionnel, mental (Cf. les travaux sur le lien entre méditation et neuroplasticité par exemple). Le message pour les parents et les thérapeutes me semble être : espoir… et au travail ! » (mai 2017)

Pour aller plus loin avec un autre livre de Norman Doidge

doidge_guerir_neuroplasticitéTout aussi passionnant, voire plus, le livre Guérir grâce à la neuroplasticité s’impose également ! Sa lecture permet au grand public d’acquérir avec facilité une meilleure compréhension des dernières découvertes en neurosciences, très précieuse pour guider l’accompagnement thérapeutique des enfants. Elle offre surtout de nombreuses informations sur différentes approches thérapeutiques connues aujourd’hui. Mélody, maman et lectrice,  détaille : « Un livre très vivant et accessible. Chaque chapitre raconte l’histoire d’un patient et d’une méthode thérapeutique (Tomatis, Feldenkrais…) lui ayant permis de dépasser ses difficultés voire de guérir. Autant de récits qui permettent d’aborder de façon simple les dernières découvertes en neurosciences et de comprendre comment fonctionne les méthodes de stimulation de la plasticité cérébrale. »

En conclusion ?

Si l’on sait aujourd’hui que la plasticité neuronale ne saurait être infinie et que nous, parents, devons savoir nourrir des espoirs « raisonnables », il ne faut pas s’interdire de retenir cette phrase d’Edward B. Le Winn : « Le potentiel d’un organisme  »normal » ne peut être mesuré.  Le potentiel résiduel d’une personne avec un  »cerveau blessé » n’est pas mesurable non plus mais il est ignoré et sous-estimé ».

Voilà de quoi garder une bonne dose d’énergie pour apporter le meilleur à nos enfants !

Feldenkrais – une approche complémentaire pour aider nos enfants

La thérapie Feldenkrais : en bref

image_feldenkrais_3

Moshe Feldenkrais

La thérapie Feldenkrais est une méthode de reconnexion neuronale basée sur le mouvement, qui trouve confirmation dans les découvertes les plus récentes des neurosciences.
Elle a été fondée par Moshe Feldenkrais (1904-1984), d’origine ukrainienne, émigré en France puis en Israël.
Ce n’est pas une thérapie manuelle mais un travail intérieur de prise de conscience de soi même à travers le mouvement et les sensations qui y sont reliées.
Cette méthode s’est d’abord diffusée en Israël et aux Etats Unis (notamment à travers Anat Baniel) puis en Europe.
Elle vise un public très large, enfants comme adultes.
En France, les therapeutes Feldenkrais ne sont habituellement pas des kinésithérapeutes. Cette thérapie n’est donc pas remboursée par la sécurité sociale.

Comprendre cette approche – Regard de parents

Aude, Maman d’Elie, nous adresse son témoignage :

« Nous commençons la thérapie Feldenkrais pour notre fils, Elie alors agé de 4 ans, au printemps 2015. Ce qui nous amène au départ,  c’est la persistance … lire la suite « 

Et comprendre Feldenkrais avec une thérapeute

C’est avec le regard croisé de Pétra, thérapeute Feldenkrais du petit Elie que nous pouvons approfondir le sens de la démarche  : « Quelques mots pour résumer ce que nous avons réalisé avec Elie…  lire la suite  »

Lire la suite

L’approche par les réflexes archaïques pour les troubles d’apprentissage

Un nouveau regard sur les troubles d’apprentissage

Lors du  chaleureux Dîner des Parents Formidables du 23 mars 2017 (voir compte-rendu),  parents et professionnels ont découvert une approche peu connue autour des troubles d’apprentissage : les réflexes archaïques.

Les reflexes primitifs sont des mouvements automatiques qui émergent in utero et restent actifs plusieurs mois après la naissance. Ils ont un rôle de protection et de survie… Ces réflexes ont une phase d’activation, plus ou moins longue, puis d’intégration (vers l’âge d’un an). On a constaté que chez certains enfants ou adultes, une partie des réflexes ne s’était pas bien développée ou ne s’intégrait pas complètement. Mais la persistance de ces réflexes constitue un stress corporel, un parasitage qui perturbent les apprentissages. Des techniques corporelles autour du mouvement permettent aujourd’hui d’y remédier… Pour en savoir plus, le site de Claire Lecut, l’intervenante de cette soirée  : http://mouvement-et-apprentissage.net/

mouvement et apprentissage

I Les réflexes

Lire la suite

Communiquer : une nouvelle approche par les affinités

affinity therapy

Ross Suskind et son fils Owen : communiquer autrement

L’« affinity therapy », communiquer aves des personnes autistes grâce à leurs passions :

L’« affinity therapy », ou thérapie par affinité, va-t-elle révolutionner la prise en charge des troubles de communication et de l’autisme ? Le premier colloque international sur l’« affinity therapy » qui s’est tenu en France, à l’université de Rennes, les 5 et 6 mars 2015, a tenté d’en tracer les contours, mêlant témoignage de parents et de professionnels. Quelle est l’idée ? Des parents, aux Etats-Unis et en France se sont appuyés sur l’intérêt de leur enfant pour les dessins animés pour le soigner, ils utilisent ainsi des dialogues et des personnages des dessins animés, notamment en rejouant des scènes avec l’enfant. Pour mieux comprendre, lire Le Figaro du 12 mars 2015 ou ci-dessous : Communication – l’affinity therapy – Figaro 12 mars 2015.

Le journal Le Point, à l’occasion de la sortie du documentaire consacré au parcours incroyable d’Owen Süskind, a consacré un article passionnant dans son édition du 28 janvier 2017 ici et Le Point – thérapie par affinités fev 2017

La théorie Davis, une nouvelle approche pour les dyslexiques

La théorie Davis est le produit d’une approche « essai-erreur »

Les dyslexiques ont généralement du mal avec les objets non-réels et symboliques, tels que les lettres et les chiffres. Dans l’effort qu’ils font pour appréhender les symboles comme ils le feraient avec un moteur d’automobile ou un schéma technique, ils peuvent se désorienter. C’est ce qui provoque les symptômes que l’on connaît bien, substitutions, omissions, inversions, transpositions, à la lecture ou à l’écriture. La désorientation ne se limite pas aux entrées visuelles. Beaucoup de dyslexiques confondent à l’oreille les sons ou se perdent dans la séquence des mots dans une phrase. On peut remarquer des perturbations dans leur sens du temps et leur coordination motrice peut être immature ou maladroite.

Si les dyslexiques pensent en image et sont sujets aux désorientations perceptives dans le sens du temps et les différentes modalités sensorielles, la solution en vue du contrôle de la dyslexie est donc double :

  • Une technique pour contrôler la désorientation perceptive.
  • Une technique pour éliminer les causes de la désorientation perceptive

Plus d’infos sur le site de l’Association d’Apprentissage Davis

Visualiser les 37 signes révélateurs de la dyslexie

J’ai essayé et j’ai aimé : la delphinothérapie

Thérapie avec des dauphins à Mundomar (Costa Blanca, Espagne)

Face au handicap, l'aide de la delphinothérapie

La delphinothérapie au centre Branko Weizmann en Espagne

Pendant une semaine entière, en novembre 2015, Salomon a pu découvrir les dauphins pendant une demi-heure par jour, accompagné d’un thérapeute spécialisé. Le cœur de la thérapie est le contact avec les dauphins auquel s’ajoute un petit programme d’apprentissage. Salomon souffre d’une leucodystrophie, la maladie de Pelizaeus Merzbacher, qui provoque un handicap moteur et cognitif. La thérapie avec des dauphins ne fait évidemment pas des miracles mais les effets positifs se remarquent dès le début : Salomon paraît plus détendu et en même temps plus éveillé. Les rayons ultrasons des dauphins apportent une détente mais sont aussi stimulants pour la concentration, autant de bénéfices pour les enfants porteurs d’un handicap.

Branko Weitzmann et sa femme Birgit, avec un mécénat important, proposent depuis 15 ans cette thérapie très demandée et gratuite au parc marin Mundomar à Benidorm (Espagne). Informations et inscriptions sur le site: www.brankoweitzmann.com. Attention, la liste d’attente est longue.

Lucy – novembre 2015

La réalité virtuelle au service de la rééducation

images

Rééducation : réflexions autour des rééducations

après les AVC (Le Figaro du 2 mars 2015).

Bien des progrès ont été réalisés dans la prise en charge des patients et leur rééducation. Parmi ceux-ci la réalité virtuelle se met au service de la rééducation, en effet si rien ne remplace l’action humaine, la récupération motrice est proportionnelle à la répétition du geste. C’est pour cela qu’ont été développés depuis 1995 les robots de rééducation. Atouts et limites dans les articles ci-dessous. La réalité virtuelle au service de la rééducation et Après l’AVC les nouveaux chemins de récupération

Envoludia le figaro cerveau

Figaro du 2 mars 2015 Cerveau AVC

L’hippothérapie – le cheval stimule plusieurs zones du cerveau en même temps

Envoludia hippothérapie paris match dec 2014 Entraide Envoludia

Un autre espoir face au handicap – l’hippothérapie (Paris Match décembre 2014)

Découvrez le témoignage de Mathias et sa famille sur l’hippothérapie qui lui permet de retrouver progressivement ses capacités. Au cœur de l’Institut EQUIPHORIA en Lozère, il reprend confiance avec une équipe de thérapeutes et des chevaux dressés spécialement. Le centre travaille aussi bien la kinésithérapie que l’approche psychologique, sociale et relationnelle. le cheval stimule plusieurs zones du cerveau en même temps. Mais quelle est la différence entre l’équithérapie et l’hippothérapie  ? Lire l’article Paris Match

L’article dans le fichier joint : Hippotherapie – le cheval réveille le cerveau