Film de Toutes Nos forces Nils tavernier Envoludia

Nils Tavernier et Envoludia – février 2015

Le partenariat entre Envoludia et les lycéens bénévoles  l’Institut La Tour vient de reprendre. Pour lancer le projet, nous avons eu l’honneur de voir le film « De toutes nos forces » en présence de son réalisateur, Nils Tavernier venu pour les 152 élèves de seconde, les enseignants et quelques parents de l’association ! Ce fut une rencontre privilégiée pour découvrir autrement le handicap. Ce fut le moment d’échanges  sincères avec les lycéens, d’applaudissements et de questions.

Ces élèves épaulent Envoludia tout au long de l’année : collecte, mises sous pli, témoignages, coups de mains divers et surtout babysitting, soutien scolaire ou sorties auprès des enfants et des jeunes de l’association. Ces rencontres en tête à tête que nous organisons autour d’un enfant handicapé sont une vraie façon de changer leurs regards sur le handicap et d’ouvrir les cœurs. La tolérance au handicap ne peut se décréter, elle doit avant tout se vivre…

http://www.institutdelatour.com/lycee/actualites-du-cycle-dorientation-2de/2015/5744/

Comment parler de handicap aux enfants ?

Une sélection de livres pour enfants qui sensibilisent au handicap.

http://apprendreaeduquer.fr/livres-enfants-handicap/

Itinéraires d’une jeune parisienne en fauteuil roulant

Charlotte de Vilmorin est une blogueuse avec un humour qui fait du bien pour dépasser les galères de l’ handicap.

A lire absolument ses articles, ses anecdotes  et son quotidien :

http://wheelcome.net/

 

Forte du succès de son blog, elle vient de sortir un livre « Ne dites pas à ma mère que je suis handicapée, elle me croit trapéziste dans un cirque »

Charlotte de Vilmorin Grasset

Court-métrage « La petite casserole d’Anatole »

La petite casserole d’Anatole, court-métrage d’animation adapté du livre jeunesse éponyme est nominé pour les César.

La petite casserole d’Anatole, c’est en effet d’abord un livre jeunesse écrit et dessiné par Isabelle Carrier en 2009. L’histoire d’un petit bonhomme pas tout à fait comme les autres depuis qu’une casserole lui est tombé dessus. Cette casserole – symbole de tous les handicaps – le freine, dérange les autres… Lui voudrait bien s’en débarrasser. Mais c’est impossible, il faut apprendre à vivre avec.

Le résultat ? Ce film d’un peu plus de cinq minutes sélectionné pour les César après une participation dans près de 70 festivals et l’obtention d’une quinzaine de prix.

La petite casserole d’Anatole sera aussi diffusé sur Arte au mois de mars et dans les salles en septembre.

Anatole traîne toujours derrière lui sa petite casserole. Elle lui est tombée dessus un jour… On ne sait pas très bien pourquoi. Depuis, elle se coince partout et l’empêche d’avancer. Un jour il en a assez. Il décide de se cacher. Pour ne plus voir et ne plus être vu. Mais malheureusement, les choses ne sont pas si simples…

Découvrez le court métrage « La petite casserole d’Anatole »

ANATOLE seul

PHOTO BD KEMIL ET SES AMIS

Hop toy’s – rubrique Bande dessinée « Différent et alors »

Hop’Toys lance une nouvelle rubrique consacrée à la bande dessinée !

Cette sélection propose des ouvrages qui s’adressent à un large public : enfants, ados ou adultes confrontés ou non au handicap ou à la maladie. Un seul leitmoviv : le vivre ensemble ! Certaines BD abordent ce thème avec humour, d’autres avec poésie ou même avec une certaine dose d’impertinence.  Et souvent, cela fait mouche…

Notre coup de coeur : « C’est pas du jeu »

Kemil, Ania, Cannelle, Chaïma, Corentin, Gaëtan, Kérenna, Quentin et Yanis sont des enfants de l’association Kemil et ses amis. Ils ont un signe particulier : ils sont atteints d’une maladie rare. Leur parcours n’est pas commun. Le quotidien de leurs parents, non plus !

C’est pas du jeu est une BD qui relate avec humour des anecdotes authentiques et vécues que les parents ont tenu à partager avec les lecteurs. L’album est donc le résultat d’un travail collectif où l’histoire et l’identité de chacun ont été respectées. 

C’est pas du jeu aborde des sujets récurrents liés au handicap de l’enfant. Du diagnostic à la scolarisation, le chemin parcouru est différent des autres jeunes de leur âge. Les parents doivent composer et se réorganiser dans une autre vie. 

Découvrez toute la sélection des bandes dessinées « Diffrent et alors »

DES MOTS DANS LES MAINS  LA BANDE A ED TOME 1

Bilan sur la loi de 2005 sur le handicap

10 ans après la loi de 2005, quand est-il du regard de la société et de la volonté des pouvoirs publics à œuvrer en faveur du handicap ?
Cette loi vise à favoriser l’accès à l’autonomie des personnes handicapées à travers trois grands axes :
– l’accessibilité généralisée pour tous les domaines de la vie sociale (éducation, emploi, cadre bâtiments, transports) ;
– le droit à compensation, définit au regard du projet de vie ;
– l’information et l’accompagnement, avec la création des Maisons départementales des personnes handicapées (MDPH).

À la demande du Comité d’Entente, l’IFOP a cherché à dresser un bilan en croisant le regard du grand public, d’élus et de personnes en situation de handicap ou d’aidants, sur chacune de ces dimensions. L’apport du regard croisé dans l’analyse des résultats permet de mettre en lumière plusieurs enseignements.

D’une part le hiatus qui se dessine entre l’opinion public et les personnes en situation de handicap d’un côté et de l’autre les élus, acteurs de la mise en œuvre de la loi sur leur territoire. Si les premiers sont une très large majorité à estimer que le plus grand frein à l’intégration des personnes handicapées dans la société est avant tout lié à des questions relevant de la prise de décisions des pouvoirs publics, les élus défendent le point de vue inverse. Plus des ¾ estiment que les pouvoirs publics prennent des mesures concrètes pour améliorer la situation des personnes handicapées ou des aidants. Certes, des actions ont été mises en œuvre, mais sans réelle politique globale qui aujourd’hui laisse de grands vides, notamment en matière d’accessibilité à l’emploi et de niveau de vie.

Autre enseignement important de cette étude, la nécessité de poursuivre le travail sur le besoin de faire changer les regards. Si des progrès ont été constatés auprès du grand public, il s’agit aujourd’hui de dépasser les « bons sentiments » pour faire prendre conscience que chacun peut agir à son niveau pour favoriser la socialisation des personnes en situation de handicap.

Consulter l’enquête Comité d’Entente-IFOP « Regards croisés sur la loi 2005 »

Vivre autrement le handicap – partir en Europe

enfant handicap

Gabin et sa famille

Marie-Amélie et Jean-Edouard vous présentent leur blog: 

lespetitsrenardsencampingcar.wordpress.com

 

Vous pourrez y découvrir leur projet : un an de voyages en famille pour vivre autrement la handicap.

Si vous avez des idées, des contacts à suggérer, n’hésitez pas à les contacter! Ce projet se construira aussi avec vous. Ils réfléchissent également à créer une association loi 1901 pour soutenir leurs projets pour Gabin et d’autres enfants par la suite en parallèle avec ce voyage. Nous vous en reparlerons!

Leur témoignage : vivre autrement le handicap, parce que le quotidien avec Gabin est souvent lourd et que nous avons besoin de changements.Voyager, admirer, s’émerveiller… Partager, entre nous, avec vous, avec nos prochains, avec d’autres familles vivant le handicap. Nous retrouver, en famille, prendre le temps à cinq, intégrer, pour nous parents cette réalité qu’est notre famille… Pas celle qu’on imaginait mais formidable malgré les difficultés. Découvrir, d’autres pays, d’autres chemins pour accompagner les enfants handicapés, des méthodes alternatives souvent non reconnues en France, des initiatives différentes… Rencontrer, d’autres familles, ailleurs, rencontrer des thérapeutes, des soignants, des accompagnants. Grandir, tous ensemble, grandir en humanité.

 

jeune fille IMC Envoludia

« Lycéenne à La Tour bénévole pour les enfants d’Envoludia »

 

jeune fille IMC Envoludia

Caroline, 15 ans, infirme motrice cérébrale

Témoignage de Sarah (décembre 2014), bénévole :

« Dans cette société individualiste, où l’égoïsme est de rigueur, est-il simple de s’ouvrir au monde? A quel moment devenons nous arrêter de porter nos yeux sur nous même?  Comment découvrir autrui lorsque la différence et la découverte nous effraient? Somme nous réellement conscients que le regard et le qu’en dira t-on des autres nous empêchent d’être ? 

Ainsi pour répondre à ces questions, je me dois de vous présenter mon amie Caroline. Elle a 15 ans et est dite «  handicapée ». Il faut reconnaître que ce terme est laid, il y a comme quelque chose de péjoratif, de gênant dedans. Ainsi nos voisins anglais l’ont reconnu. C’est pourquoi ils disent « disabled ». Autrement dit, personne à mobilité réduite. C’est déjà un peu mieux.

Cependant, à mon sens les personnes dites « à mobilité réduite », ne le sont pas.  Au premier abord, il est évident qu’une personne au physique bien constitué est facilement intégrée dans notre société.

Mais est ce normal ? Je ne pense pas. En effet, nous attachons beaucoup trop d’importance à l’aspect extérieur des personnes et même des choses.

Alors qu’en est-il des qualités humaines telles que l’altruisme, la sincérité, et la générosité? Il est certain que cette jeune fille est bien plus mature et ouverte sur ce qui nous entoure contrairement à une autre du même âge.

Alors, n’aurions nous pas nous aussi un handicap? D’ailleurs ce handicap n’est-il pas bien plus grave et gênant à porter? Je pense donc que le manque de qualités humaines dont peuvent faire preuve des personnes « normales » est un réel handicap. »

Ainsi j’aime les moments passés avec Caroline où le partage est notre richesse. »

le partenariat avec le lycée La Tour

bénévoles La Tour Envoludia

Lycée la Tour à Paris

Depuis 2011, les lycéens de l’institut La Tour apportent bénévolement leur aide à Envoludia : babysitting auprès des familles d’enfants IMC, collecte de dons, participation aux évènements de l’association, etc. A travers ces rencontres, nous voulons changer ensemble le regard sur le handicap.

photo_vincent_la provence

Vincent (ancien de Ramdam) dans la presse !

La maman de Vincent nous fait partagé sa joie et sa fierté pour son fils Vincent qui était à Ramdam lorsqu’il était petit suivi par Alain Chuen.

Grâce à ce témoignage, elle remercie toute l’équipe qui avait cru en Vincent…

Bravo à Vincent pour ses exploits sportifs et bonne chance pour les prochains !

vincent_article_LaProvence_